HINT agence de communication | Portfolio Categories Event
Hint est une agence de communication orientée web basée à Paris, spécialisée dans le lifestyle haut-de-gamme. Sa vision à 360° permet d'établir une stratégie pertinente à toute problématique, de répondre aux besoins d'identité, de conception digitale ou de notoriété.
agence de communication, identité et contenu de marque, story-telling, événementiel, relations presse, digital, agence web, brand content, ux design,
168
archive,tax-portfolio_category,term-event,term-168,vcwb,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-1.8,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.5,vc_responsive

BARBER TRUCK

En avril 2015, le Cigare à Moustache ouvrait ses portes rue de la Fontaine au Roi, au coeur de Paris, et accueillait ses premiers clients. Fidèle à son esprit de «barber shop clandestin», la façade est restée nue. On entre intrigué par les jeux de miroirs, ou attiré par le bouche-à-oreille. Une recette qui plaît, car le salon pour hommes signé de l’artiste plasticien Mathias kiss ne désemplit pas !

Heureux du succès rencontré, les fondateurs voient naître le désir de faire découvrir l’âme du Cigare à Moustache au delà de ses murs. Une première excursion estivale réussie lors d’un rassemblement de modèles Porsche vintage, où ils en viennent à poser le fauteuil de barbier sur une plage du Médoc, les incite à concrétiser cette envie naissante. Inspirés par la vague des food trucks, ils imaginent rapidement la déclinaison du concept à leur savoir-faire.

Bricoleurs et amateurs de mécanique, ils se mettent en quête du véhicule qui incarnera l’excitant projet. Ils craquent pour une ancienne ambulance de sapeurs pompiers, de la marque française Saviem. Le moteur essence est parfois poussif, mais le charme est là ! La carrosserie «feu» restera telle quelle, en opposition à la discrète façade du salon, extériorisation ultime. Associée aux roues tout-terrain et aux banquettes en cuir teinte tabac, à peine reprisées, elle est la vibrante réponse à ce besoin d’aventure.

C’est sur cette base brute que la transformation s’opère. Première phase : laisser filtrer la lumière dans l’opaque fourgon. Ils découpent la carrosserie pour poser les fenêtres latérales arrières, jusqu’alors inexistantes, puis équipent l’arrière du camion qui fera office de salon d’une arrivée d’eau. Intégration réussie : l’évier est fonctionnel et revêt même un marbre identique à celui du barber shop. Puis un panneau solaire est installé pour garantir l’autonomie des lumières et outils électriques indispensables du coiffeur barbier, qui serviront jusqu’aux heures tardives des prestations nocturnes. Le fauteuil Belmont en cuir pétrole peut alors être fixé, prêt à témoigner des premiers gestes experts : taille de barbe, coupe de cheveux ou bien encore rasage.

Touche finale qui prolonge l’expérience du Cigare à Moustache, des miroirs épousent les parois intérieures du camion, mutipliant les reflets. Le client peut ainsi observer l’artisan barbier oeuvrer, et découvrir sa propre image, au fur et à mesure qu’elle se façonne.

Damien qui dirige le Cigare à Moustache, et Barber Paulo, tous deux coiffeurs barbiers expérimentés et formés dans les salons les plus fréquentés de la capitale, se relayeront afin de délivrer des prestations sur-mesure et faire partager à leurs clients cette expérience hors-du- commun.

Le Barber Truck est fin prêt arpenter les rues de Paris et routes de France, disponible à la privatisation – et personnalisable – pour tout type d’événement, avec pour seul leitmotiv l’hédonisme assumé !

 

Pour ce projet, HINT a réalisé l’identité visuelle, créé le site internet, www.barber-truck.com, organisé les relations presse et la soirée de lancement.

Teasing et relai de l’actualité sur les réseaux sociaux ont été mis en place, ainsi que des partenariats événementiels.

Olivier Vinot / Festina Lente / portrait

Olivier Vinot / Festina Lente

Lorsqu’Olivier débute ce projet, il ne sait pas encore jusqu’où il va le mener.

Satisfait de son parcours professionnel, le photographe se définit humblement comme « répondant aux besoins de façon créative ». Sur chaque projet, il amène pourtant bien plus : sa vision, qu’il souhaite au plus proche de la réalité, et qui décèle « le beau » en chaque personne ou situation.

Début 2015, un projet personnel mûrit dans l’esprit d’Olivier… la réalisation d’une série de portraits, qu’il ambitionne bruts, sans retouche.

Une soif de ressemblance qui naît d’une frustration à évoluer dans un monde où chacun se voit, non pas embelli, mais défor- mé par une correction numérique ou une mise en scène exagé- rée, voir exacerbée. Cette version améliorée de nous-même et

de nos vies peine à duper notre ego. La société s’y perd, l’euphorie éphémère du partage d’un moment trafiqué vite rattrapée par la réalité. Olivier, qui partage la philosophie humaniste d’Oliviero Toscani « le seul but final de l’art, c’est la condition humaine », souhaite réhabiliter une vérité et au travers de son regard résolument positif, nous démontrer que l’individu dépourvu d’artifice peut être beau, à condition de s’y attarder quelque peu.

Le projet se concrétise en juin par la rencontre de celui qui sera son premier modèle. Benoit est charismatique, un barbu qui « inspire le respect » pourrait-on dire. Olivier est sensible à l’esthétique et à l’échange, à l’humain derrière la barbe. Intrigué, le photographe se documente sur les représentations « des barbus » déjà réalisées… un constat s’impose : ils sont étiquetés! Hipsters ou djihadistes, la plupart du temps. Et pourtant, en 2015, depuis de nombreuses années, et à travers les époques, la barbe est portée par tout un chacun. Parfois en signe d’appartenance à une communauté, mais pas toujours. Tenter de le deviner devient alors un exercice relevant du préjugé. Dans l’esprit d’Olivier le concept s’installe : il photographiera des barbus, sans lui-même n’en sélectionner aucun. L’intention sera de n’exclure personne. Seul le port de la barbe sera déterminant, et qu’importent le style, l’âge, les origines et tout autre critère discriminant.

Le studio photo installé à domicile, il reçoit ses modèles. Même pose, même t-shirt blanc, même décor et même traitement imposé par Olivier : ce qui est perçu comme défaut, rides, cernes… ne sera pas gommé. Le modèle s’aimera sur la photo, ou non, mais l’enjeu est ailleurs. Il acceptera de se confronter à une vision brute de son image, et le public ne saura deviner quel homme il est réellement.

D’abord envoyés par un jeune barbier parisien que l’artiste sollicite, « des barbus » finiront par se présenter spontanément, et en nombre à Olivier, séduits par la démarche et désireux de participer, non plus dans une démarche à but personnel, mais dans l’intention de contribuer à un manifeste.
Les 1000 barbus sont en marche.

L’artiste délaisse toute autre activité pour se consacrer entièrement à sa série, qu’il nommera d’après l’adage qui l’inspire « Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage. Polissez-le sans cesse et le repolissez », Festina Lente.

Chaque portrait aura un numéro dédié. Preuve du caractère unique de chacun.
Olivier se glisse parmi ses modèles. Son numéro? Un clin d’oeil à La grande question sur la vie, l’univers et le reste…

 

www.oliviervinot.fr

 

Missions : définir les cibles média, rédaction et envoi du communiqué de presse, invitations à la vente exclusive et à l’exposition Festina Lente, dans le cadre de Parcours Dix-Huit, aux Studios de Paris.

NEW MAN

Créée en 1967 par deux jeunes français éblouis par le rêve américain, New Man traduit un idéal de liberté au travers d’une marque mode.

Pour New Man, HINT redéfinit un territoire, renforce une identité, et amorce une stratégie de communication digitale pour 2016.

Animation de l’e-shop, redéfinition des cibles et axes de communication sur les réseaux sociaux, et création de contenu original.

SItuation Le Cigare à Moustache by Hint

Le Cigare à Moustache

Situé dans le nouveau centre de Paris, entre le Canal Saint Martin et la Place de la République, Le Cigare à Moustache est un salon pour hommes, dont l’intérieur est signé par l’artiste plasticien Mathias Kiss.

Si la façade laisse suggérer un barber shop clandestin, le lieu et son tenancier sont en réalité bien légitimes. Autrefois baptisé «Elle et lui », l’ancien salon de coiffure fait peau neuve. Une peau résolument masculine et dans l’air du temps. Ici, pas de clichés à outrance, seuls les fauteuils Belmont en cuir bleu pétrole chinés et l’indispensable coupe-chou évoquent la classique échoppe du barbier. Au Cigare à Moustache, la tradition est dans le geste : coupe de cheveux, taille de barbe ou rasage à la lame, chaque prestation est maîtrisée.

On y vient perfectionner ou entretenir un style capillaire, gagner en séduction. On y vient aussi parce que le lieu nous y incite. Libéré des codes de l’architecture traditionnelle et haussmannienne, Mathias Kiss poursuit sa réflexion sur l’intérieur, mêlant expérimentation contemporaine et savoir-faire. Pour Le Cigare à Moustache, il imagine le miroir comme un prolongement de l’architecture. Pas de cadre, le matériau se plaque sur les meubles, mobile, pour révéler de multiples reflets. Inévitable, l’oeil capture un angle, observe l’artisan barbier à l’oeuvre, et appréhende sa propre image avec plaisir. Car le Cigare à Moustache revendique l’hédonisme, nostalgie de l’esprit et de l’élégance seventies à peine dissimulée.

Damien dirige le salon. Ne pas se fier à son air juvénile, le jeune homme manie coupe-choux et ciseaux d’une main experte. Cinq années d’expérience chez Les Mauvais Garçons ou encore La Barbière de Paris ont confirmé une vocation qu’il est allé jusqu’à se tatouer sur l’avant-bras.
Damien écoute, conseille et oeuvre, pour délivrer une prestation sur- mesure, et faire partager un agréable moment de détente.

 

Website by Hint :

www.lecigareamoustache.com

 

Community management by Hint :

facebook.com/pages/Le-Cigare-à-Moustache/

instagram.com/lecigareamoustache/

HINT_SMITH-WYKES_SS15

SMITH-WYKES

En 2010, Rory Wykes et Michaell Smith lance leur propre marque, unis par la philosophie que le vêtement doit sublimer l’homme, et non l’éclipser. Autour d’un univers qu’ils souhaitent pur, moderne et naturellement masculin, les créateurs insufflent des valeurs d’indépendance créative et de générosité d’esprit aux lignes qu’ils conçoivent.

Le duo fonctionne à l’unisson pour construire ses collections : Michaell guide la marque grâce à son oeil avisé sur la mode masculine et son expertise en affaires, quinze années de conseil auprès de créateurs et maisons de mode établis, ou en devenir. Rory est le styliste par lequel les silhouettes prennent vie. Un style affûté par son expérience au sein des maisons Carven, Lacoste, ou encore Aem’Kei.

Dans leur processus créatif, l’échange constant est vital. Ensemble, ils créent des collections qui révèlent leur goût du détail et de la qualité : des lignes justes, des éléments graphiques contemporains, des matières et une confection européennes. Leur passion pour la musique et les artistes émergents influence également leurs créations, playlists originales et interview de groupes se retrouvent sur leur site, intimement liées à l’adn de SMITH-WYKES.

Basée à Londres et Paris, la jeune marque anglaise se nourrit ainsi de la culture artistique française à laquelle ils mêlent leur héritage britannique. Une succession parfaitement incarnée par l’emblème de la maison : une hache, issue des armoiries de la famille Wykes. La marque de fabrique SMITH-WYKES : le twist anglais allié à l’élégante et apparente simplicité française.

En 2015, la jeune marque anglaise SMITH-WYKES passe à la vitesse supérieure….après avoir séduit L’Exception, elle arrive avec sa collection été 15 «North Sea» chez le très sélectif concept store Merci, et vient d’être nominée aux Global Fashion Awards.

www.smith-wykes.com